L’Eglise

Préambule: la vocation de l’Eglise est céleste, nous n’avons pas de demeure permanente ici-bas (Hébreux 13. 14), et notre culte est en Esprit et en vérité (Jean 4. 23, 24), nous ne sommes donc tenu à aucune pratique religieuse ou liturgique, car nous avons été appelés à la liberté (Galates 5. 13, 14; Colossiens 2. 16, 17).
Cette liberté est même appelée la “glorieuse liberté des enfants de Dieu”; avec le rappel suivant: «seulement ne faites pas de cette liberté un prétexte de vivre selon la chair; mais rendez-vous, par l’amour, serviteurs les uns des autres. Car toute la loi est accomplie dans une seule parole, dans celle-ci: Tu aimeras ton prochain comme toi-même.».
En outre, et pour les raisons évoquées ci-avant, nous n’avons aucune revendication à avoir envers quelques lieux saints (ou estimés tels) que ce soit, où que ce soit.
.
Qu’est-ce que l’Eglise?

Etant donné le risque de confusion pour « les gens du dehors », il m’apparait important de clarifier ce qu’est réellement l’Eglise.L’Eglise est une institution dont Jésus est le fondateur, la pierre de fondation, et le bâtisseur. Elle est composée de tous ceux qui croient que Jésus le Messie est le Fils de Dieu.On peut trouver de tels croyants au sein de toutes les dénominations (chez les protestants, évangéliques, baptistes, messianiques, et même chez les catholiques) et au-delà (hors appartenance à une quelconque dénomination/organisation).En revanche il ne suffit pas d’appartenir à une dénomination quelconque pour être un tel croyant, ça va de soi.L’Eglise n’appartient à aucune dénomination, et aucune dénomination n’est à elle seule l’Eglise.Seules les sectes et mouvements d’erreurs prétendent être la seule et véritable Eglise. Si vous appartenez à une institution/dénomination qui professe cela, vous devriez examiner en profondeur ses enseignements…Beaucoup de gens pensent à tort, parce qu’elle se donne ce nom d’Eglise et parce qu’elle prétend être la seule véritable Eglise, que l’institution humaine sise à Rome et dont le chef élu à vie prétend être le représentant du Christ sur terre, que cette institution est l’Eglise.Il s’agit d’un mensonge et d’une imposture. Jésus a prévenu qu’après lui viendraient de faux prophètes, des loups ravisseurs prétendant venir en son nom, et qu’ils tenteraient de faire des ravages dans le troupeau.Ces faux conducteurs (je parle en général, pas seulement de la romaine), enseignent des hérésies, n’hésitant pas à tordre le sens des Ecritures pour justifier leurs fausses doctrines, et ils cachent la lumière de l’Evangile à ceux qui tombent dans leurs pièges. Jésus leur dit:«Parce que vous fermez aux hommes le royaume des cieux ; vous n’y entrez pas vous-mêmes, et vous n’y laissez pas entrer ceux qui veulent entrer.» Matthieu 23. 13Complément, des ressources pour étudier les erreurs doctrinales du catholicisme:

http://new.unpoissondansle.net/appr…/dossier-catholicisme/https://www.amazon.fr/Catholicisme-%C3%A0…/dp/2903100268

Complément suite, des ressources à propos de différentes sectes, faux prophètes et autres mouvements d’erreurs; des témoins de jéova au « new age » en passant par l’occultisme, etc….

http://www.vigi-sectes.org/

——————————————-

Je sais que ce message peut être dur à entendre! Je connais plein de catholiques qui sont des gens merveilleux, et admirables. Ce que je dis de leur organisation n’enlève rien à l’affection et au respect que je leurs porte.Mais justement, dire la vérité, dans l’amour, c’est respecter son prochain.Est-ce que vous préférez un mensonge hypocrite qui vous fait vous sentir bien mais ne vous apportera rien, ou une parole directe et vraie qui momentanément vous contrariera mais à terme vous affranchira?Ps: j’ajoute que j’aime certaines choses dans l’univers des cathos, comme votre art, vos églises que je trouve belles et dont j’apprécie l’atmosphère et l’ambiance, et par dessus tout j’aime les gens, votre sincérité, votre piété, votre engagement, vos bonnes œuvres. Il vous manque juste de réformer dans votre théologie tout ce qui n’est pas conforme aux Ecritures, a été rajouté par les hommes et dénature l’Evangile, vous en masque la plénitude et la puissance

—————————————–

A savoir également: quand j’écrivais plus haut que l’Eglise est composée de tous ceux qui croient que Jésus le Messie(*) est le Fils de Dieu, ça implique pour ceux qui ont cette foi, et parce qu’ils ont cette foi, que:* ils ont été rachetés, sauvés et justifiés par la grâce de Dieu, au moyen de la foi.>>> Ephésiens 2. 8* ils ont donc la vie éternelle et ne viennent pas en jugement mais sont passés de la mort à la vie.>>> Jean 5. 24, Jean 3. 16, Jean 6. 47* ils sont nés de nouveau, ont tous été baptisés dans un seul Esprit (l’Esprit Saint) pour former un seul corps (l’Eglise).

>>> Jean 3, 1 Corinthiens 12. 13,

Ephésiens 2. 6

—(*) Christ (du grec « christos ») et Messie (de l’hébreu « mashiakh ») ont exactement le même sens et sont donc parfaitement interchangeables.Bible en ligne:

https://www.levangile.com/Affichage-Multi-Bible.php

——————————————–

Il faut appliquer au catholicisme le même traitement qu’on applique à l’islam (ou à tout autre religion, philosophie, idéologie); si on admet que critiquer l’islam n’est pas du racisme (d’ailleurs quelle race serait l’islam?) mais un droit légitime de critiquer des idées et non de juger les gens qui y adhèrent, on peut en faire autant des doctrines de Rome.Pour vous mettre le pied à l’étrier, prenez le dogme de la « transsubstantiation », si vous le confrontez à l’enseignement du Christ vous réalisez qu’il n’est pas biblique et tord le sens des paroles de Jésus.Il s’agit d’une erreur doctrinale qui entraîne une foule d’hérésies: le sacrifice de la messe, qui n’a de fait aucun sens, et dans la foulée la prêtrise, idem.Bref, si vous retirez ce simple dogme c’est tout l’édifice qui s’effondre et n’a plus de raison d’être.Le partage du pain et du vin, est juste un symbole. C’est un des deux seuls rites (avec le baptême d’eau) que Jésus nous a commandé de pratiquer, et tout deux ont une valeur symbolique, et même prophétique.Jésus est mort une fois pour toutes pour porter le poids de nos péchés à la croix. Il n’y a pas à renouveler ce sacrifice à travers le « sacrifice non sanglant de la messe » qui n’a aucun sens et relève du légalisme, ce qui s’oppose au salut par la foi, et finalement masque le véritable sens de la crucifixion du Christ et la puissance de l’Evangile (cf Romains 1. 16, 17).Son sacrifice est suffisant pour conférer le salut à celui qui se met au bénéfice de cette acte rédempteur par la foi.«Celui qui croit en moi a la vie éternelle!» Jésus (Jean 6. 47)Je le répète, aller outre et transformer son message en des pratiques légalistes, autrement dit le « salut par les œuvres » est une hérésie.En outre, la prêtrise selon Rome n’a d’autant plus aucun sens que nous sommes tous prêtres de la nouvelle alliance.Pour comprendre la profondeur et la puissance de ce sacerdoce il faut lire la Lettre Aux Hébreux qui expliquent comment, en la nouvelle alliance, s’accomplissent toutes les ordonnances de l’ancienne alliance relatives au Temple, aux prêtres, aux sacrifices, etc, ordonnances qui étaient simplement l’ombre des choses à venir.Lettre Aux Hébreux:

https://www.levangile.com/Bible-LSG-58-1-1-complet-Contexte-oui.htm

«De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne.» 1 Cointhiens 11. 25, 26

———————————————-

Un dernier mot sur un des dogmes souvent cher aux catholique concernant la place de Marie dans leur théologie.L’organisation de Rome lui a donné le rôle de « co-rédemptrice. »Ce qui est une fois de plus une hérésie, et déface l’Evangile, minorant gravement la personne et l’œuvre du Christ.L’Ecriture nous dit pourtant en clair qu’il y a un seul médiateur entre Dieu et les hommes: Jésus Christ. » (1 Timothée 2. 5)La Marie du catholicisme n’est pas la Marie historique et des Ecritures. La vraie Marie a donné naissance à Jésus effectivement sans avoir connu d’hommes, mais elle a eu des enfants par la suite avec Joseph son époux.Son rôle s’arrête là.« Mais il (Joseph) ne la connut point jusqu’à ce qu’elle eût enfanté un fils, auquel il donna le nom de Jésus.» Matthieu 1. 18On ne peut être plus clair. C’est d’ailleurs confirmé par les autres passages des évangiles qui nous parlent des frères et sœurs de Jésus. Si l’on s’en réfère au grec des textes originaux il s’agit de liens de parentés littéraux.Pour finir, la considérer comme une source de salut et lui adresser des prières est contraire à l’enseignement de Jésus, est une hérésie, et place ceux qui s’y adonnent dans le domaine de l’occultisme!

——————

http://www.justforcatholics.org/fr10.htm

Hérésies catholiques

Nous, chrétiens selon l’enseignement du Christ, et fidèles aux Ecritures, non aux enseignements, doctrines, et traditions d’hommes, nous avons plus de respect pour Marie la mère du Christ que les catholiques.

En effet, Marie a dit «…faites tout ce qu’il vous dira.» (Jean 2. 5)

C’est ce que nous nous attachons à mettre en pratique, contrairement aux catholiques qui en contradiction totale avec l’enseignement du Christ et des Ecritures adressent des prières à Marie…

La prière à Marie et/ou aux saints est un péché, elle est blasphématoire, et une porte d’entrée dans l’occultisme.
Nulle part dans les Ecritures, ni Jésus, ni les apôtres, ni les prophètes de l’ancien et du nouveau Testament n’ont enseigné de telles choses, c’est une invention de faux conducteurs qui prétendent vous parler de la part de Dieu…
Je ne remets pas en question votre sincérité ou celle de certains de vos enseignants, mais la sincérité n’est pas suffisante pour garantir la véracité des choses; en effet on peut être d’une très grande sincérité, mais hélas aussi sincèrement dans l’erreur…

C’est pourquoi vous devez vous assurer d’avoir en vous l’amour de la vérité! Afin de réellement trouver Dieu (tel qu’il est réellement, lui qui veut se révéler à vous), et non un dieu selon vos désirs (ce qui s’appelle une idole).
Ainsi vous réaliserez la gravité de cette pratique des prières à Marie, une gravité telle que non seulement elle vous masque la plénitude de l’Evangile, mais en plus peut vous prévenir d’entrer dans le royaume de Dieu.

Vous devez vous repentir de cela! Demandez pardon à Dieu pour ça, et demandez-lui de vous délivrer de tout lien occulte que cette pratique a pu engendrer! Demandez-lui de lever le voile qui s’était posé sur votre intelligence et votre cœur.

Mettez vos vie en règle avec Dieu, trouvez l’assurance du salut en mettant votre foi en Dieu seul, non en ses créatures (ce qui est de l’idolâtrie). Dieu le Père a déjà pourvu à tout ce qui est nécessaire à notre salut en donnant son Fils en sacrifice pour nos péchés.

Vous n’avez besoin de rien d’autre pour hériter la vie éternelle que de recevoir la grâce de Dieu, au moyen de la foi en son Fils.

«Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle. …
Celui qui croit au Fils a la vie éternelle ; celui qui ne croit pas au Fils ne verra pas la vie, mais la colère de Dieu demeure sur lui.» Jésus (Jean 3. 16, 36)

Le bien que l’on fait n’est pas le moyen de gagner la vie éternelle, mais la conséquence du don de la vie éternelle. Remplacer le salut par grâce en un salut par les œuvres, relève au minimum de l’ignorance, au pire de l’orgueil et constitue dans ce cas une injure envers le Christ qui a tout accompli à la croix pour que nous ayons accès à la grâce du Père, et il l’a fait une fois pour toutes!

«Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu.
Ce n’est pas par les œuvres, afin que personne ne se glorifie.
Car nous sommes son ouvrage, ayant été créés en Jésus-Christ pour de bonnes œuvres, que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions.» Ephésiens 2. 8 à 10

Saisissez le don de la vie éternelle tant qu’il est encore temps, tant que vous pouvez dire « maintenant »…

«En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.» Jésus (Jean 5. 24)




En complément, des réponses aux questions et/ou objections que les catholiques peuvent formuler face à la véracité de l’Evangile:

http://www.justforcatholics.org/francais.htm

Idolâtrie

L’idolâtrie c’est se faire un dieu à son image, selon ses désirs… Un tel « dieu » n’existe que dans l’imagination qui le produit. Il a des yeux mais ne voit pas, des oreilles mais n’entend pas, des bras mais n’agit pas.
SI on aborde la question d’un strict point de vue philosophique: s’il y a un Dieu, est-ce que ce ne serait pas plus intéressant de le connaître tel qu’il est, pour peu bien entendu que le philosophe désire le connaître.

Je parle de ça parce que j’ai vu passer dans le fil d’actualité sur le facebookorum, une longue tirade d’un gars qui donnait sa « vision » de Dieu…
En lisant les premières lignes on voit de suite où il veut en venir et en gros ça dit: la vie est faite pour te faire plaisir, le « dieu » est là pour satisfaire tes désirs, tout est entièrement tourner sur ton égo sur fond d’un vague altruisme (enfin pour ce dernier point je n’ai pas de certitude, je n’ai en effet pas poursuivi cette lecture plutôt soporifique et sans surprise, bien que non dénué de talent qui se manifeste par une réelle capacité à transmettre son exaltation, et ce sous une forme assez poétique; ceci-dit, je ne doute pas de la sincérité de ce gars, mais aussi sincère qu’on puisse être, on peut tout aussi être sincèrement dans l’erreur… Et si vous croyez qu’il n’y a pas de vérité, ou a minima des « vérités relatives » (chacun la sienne), vous ne pouvez absolument pas remettre en question ce que je dis.. réfléchissez bien: s’il n’y a pas de vérité ce que vous dites n’est pas plus vrai que ce que je dis, et ceci est votre croyance, pas la mienne, de plus, partant, il n’y aurait donc ni bien ni mal, ni moralité absolue, aucun critère qui vous permette de poser un jugement sur ce je dis, et encore une fois, c’est vous qui le dites si telle est votre croyance, et non la mienne).
Au final, rien de nouveau, juste une forme d’hédonisme théiste… Une idole de plus à ajouter à la longue listes des idoles/dieux sortis de l’imagination des hommes, faits à leurs images pour satisfaire leurs désirs; il n’y a là aucun désir de connaître réellement Dieu, tel qu’il est, et non tel qu’on voudrait qu’il soit, juste une âme prise dans les filets de l’adoration de sa propre âme (le narcissisme est ce qui a conduit Lucifer (« le porteur de lumière ») à s’adorer lui-même, et a entrainé sa chute, le faisant devenir « satan » (le tentateur), « diable » (le diviseur), et depuis, ce syndrome luciférien a contaminé l’humanité, faisant de chacun une créature reniant son Créateur, en quête de devenir son propre dieu, adorant la créature au lieu du Créateur. Paradoxalement (à première vue) ce désir de « liberté » conduit l’homme à la forme la plus mortifère et retors de servitude, celle de l’égo, qui divise le cœur de l’homme et l’enchaine dans une lutte sans fin contre lui-même)…

Or, le Créateur a choisi de se révéler, de se faire connaître. Et il le fait de mille manières, comme par exemple à travers le grand livre de la nature, de la vie et de l’univers, également il se sert d’hommes pour parler à d’autres hommes, comme il l’a toujours fait au long de l’histoire de l’humanité.

Il est possible de le rencontrer et de le connaître. C’est sa volonté, il nous l’a montré et révélé.

Le point magistral de cette révélation c’est la venue sur terre du Fils de Dieu. Cette expression particulière, « Fils de Dieu », venue de très loin, désigne la Parole de Dieu, le Verbe Divin.
Cette Parole s’est incarnée, est devenu un homme, et a vécu parmi nous. Cet homme est Jésus de Nazareth.

«Celui qui m’a vu a vu le Père.» Jésus (Jean 14. 9)

Brisons nos idoles! Que ceux qui aiment, cherchent et désirent la vérité, se mettent en quête de trouver et rencontrer leur Créateur, car il a donné un moyen de le trouver.
Ce moyen n’est ni une religion, une philosophie, ni une technique, mais une personne, et cette personne est Jésus, le Christ.

Nous sommes des êtres créés à l’image et à la ressemblance de Dieu; c’est pourquoi nous disposons des attributs de conscience et de volonté. Nous sommes des êtres, conscients, ayant une volonté personnelle, et bien plus, nous sommes des êtres relationnels.
Et c’est par une relation que nous entrons dans le chemin de la rédemption; il s’agit du domaine de l’être, non de la chose, celle qu’on pourrait manipuler à notre guise pour obtenir ce que l’on veut, et avoir le sentiment d’être le propre dieu de notre univers.

——

Pour finir, je sème encore quelques graines de vie:

«Les paroles que je vous dis, je ne les dis pas de moi-même; et le Père qui demeure en moi, c’est lui qui fait les œuvres.
Croyez-moi, je suis dans le Père, et le Père est en moi; croyez du moins à cause de ces œuvres.
En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi fera aussi les œuvres que je fais, et il en fera de plus grandes, parce que je m’en vais au Père;
et tout ce que vous demanderez en mon nom, je le ferai, afin que le Père soit glorifié dans le Fils.
Si vous demandez quelque chose en mon nom, je le ferai.
Si vous m’aimez, gardez mes commandements.» Jésus (Jean 14. 10 à 14)

«Chacun est esclave de ce qui a triomphé de lui…» 2 Pierre 8. 34

«Quiconque se livre au péché est esclave du péché.» Jésus (Jean 8. 34)

«Vous connaîtrez la vérité, et la vérité vous affranchira. … Si donc le Fils vous affranchit, vous serez réellement libres.» Jésus (Jean 8. 32, 36

«Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. Si vous me connaissiez, vous connaîtriez aussi mon Père.» Jésus (Jean 14. 6, 7)

«Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ.» Romains 10. 17

«Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle.
Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.
Celui qui croit en lui n’est pas jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.
Et ce jugement c’est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises.
Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient pas à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dévoilées ;
mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière, afin que ses œuvres soient manifestées, parce qu’elles sont faites en Dieu.» Jésus (Jean 3. 16 à 21)

Qui est Jésus?

Qui est Jésus?

Jésus nous est présenté comme étant le Fils Unique de Dieu… Cette expression particulière, venue de très loin, désigne la Parole de Dieu, le Verbe divin.

«Au commencement était la Parole, et la Parole était avec Dieu, et la Parole était Dieu. …
La Parole a été faite chair, et elle a habité parmi nous, pleine de grâce et de vérité ; et nous avons contemplé sa gloire…» Jean 1. 1, 14

La Parole s’est incarnée, est devenue un homme, et a vécu parmi nous.

Le titre bien connu que porte Jésus est celui de Christ (Χριστος), ou Messie en hébreu (מָּשִׁיח), ces deux termes ayant exactement la même signification: « celui qui a reçu l’onction de l’Esprit de Dieu ».
Cet homme unique dont la mission a été de nous apporter la grâce de Dieu, a pour ce faire pris sur lui le poids de nos péchés sur la croix.

c’est pourquoi Jésus fait cette déclaration tout à fait inouïe:

«En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle.» Jean 6. 47

«C’est par la grâce en effet que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu.
Ce n’est pas par les œuvres, afin que personne ne se glorifie.
Car nous sommes son ouvrage, nous avons été créés en Christ-Jésus pour des œuvres bonnes que Dieu a préparées d’avance, afin que nous les pratiquions.» Ephésiens 2. 8 à 10

La justice de Dieu nous condamne, aucun de nous n’est à la hauteur, car tous, du premier au dernier, nous sommes pécheurs, c’est à dire des transgresseurs des lois divines. Mais Dieu nous aime!

Aussi, pour satisfaire à la fois son amour pour nous, et sa justice, Dieu s’est chargé lui-même de la question de notre péché, en la personne de son Fils, qui a quitté sa gloire éternelle et s’est fait serviteur de tous, jusqu’à la mort sur la croix, où il a pris sur lui la condamnation qui nous revenait…

«Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle.
Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour juger le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.
Celui qui croit en lui n’est pas jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.» Jean 3. 16 à 18

La question de votre salut est en suspend… Dieu ne vous force pas à recevoir sa grâce; il vous a créé libre. Et même l’ultime liberté qu’il donne aux hommes c’est d’être séparé de lui pour l’éternité si telle est leur volonté, et ceci s’appelle la seconde mort, ou « enfer », qui n’est autre qu’un état de séparation d’avec Dieu, et en ce « lieu » il n’y a ni lumière, ni amour, ni joie, ni espérance.

En revanche, l’implication de notre foi au Messie/Christ, Jésus le Fils de Dieu, est que nous avons l’assurance de la vie éternelle, non par nos propres efforts, mais à cause de ce qu’il accompli pour nous. Ainsi le bien que nous faisons n’est pas le moyen de gagner la vie éternelle, mais la conséquence du don de la vie éternelle, car si nous pouvions nous sauver nous-même, le Fils n’aurait pas eu besoin de quitter sa gloire éternelle pour venir parmi nous accomplir ce sacrifice expiatoire.

«Vous qui étiez morts par vos offenses et par l’incirconcision de votre chair, il vous a rendus à la vie avec lui, en nous faisant grâce pour toutes nos offenses
il a effacé l’acte rédigé contre nous et dont les dispositions nous étaient contraires ; il l’a supprimé, en le clouant à la croix
il a dépouillé les principautés et les pouvoirs, et les a publiquement livrés en spectacle, en triomphant d’eux par la croix.» Colossiens 2. 13 à 15

Sa victoire sur le péché et la mort est totale, c’est pourquoi il n’est pas resté dans la tombe mais s’est relevé d’entre les morts au troisième jour. Jésus est vivant, il est couronné de gloire, et a toute autorité sur toutes choses.
Après sa résurrection il est remonté au ciel, et régnant à la droite de Dieu, il revient bientôt, pour le salut de ceux qui ont mis leur foi en lui.

Et vous, en qui ou en quoi est votre espérance?

Notre dette est entièrement payée face à la justice de Dieu, si bien qu’en recevant cette grâce par la foi au Fils de Dieu nous sommes intégralement pardonné, justifié, accepté, réconcilié, et même adopté par Dieu.
En effet tout homme mettant sa foi en Christ passe par une mort et une renaissance spirituelle en étant immergé dans l’Esprit de Dieu, c’est ce qu’on appelle le don de l’Esprit Saint qui n’est autre que l’Esprit du Père et du Fils, l’Esprit de Dieu.
Par cet Esprit nous marchons en nouveauté de vie, vainqueur sur notre ancienne nature qui était porté vers le péché.

En croyant au Fils de Dieu, Jésus le Messie, nous avons donc l’assurance du salut, le don de la vie éternelle, et donc une glorieuse espérance, mais aussi une vie entièrement renouvelée ici-bas.

«En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.» Jésus (Jean 5. 24)

Le message que Dieu lui-même nous a révélé par la personne du Christ est bien différent de tout ce que les religions et philosophies des hommes peuvent offrir… C’est pourquoi l’on parle de paganisme, par opposition à la voie du Christ.
Ce qui caractérise le paganisme c’est l’adoration des « idoles »… L’idolâtrie c’est se faire un dieu à son image, selon ses désirs… Un tel « dieu » n’existe que dans l’imagination qui le produit. D’une manière générale tout ce qui dans notre cœur prend la place qui ne revient qu’à Dieu, est une idole. Et les idoles peuvent prendre toutes les formes, ce peut être des dieux quelconques, mais aussi notre égo, le plaisir, une activité, une personne quelconque, etc, etc.
Ce qui sort l’homme du paganisme, c’est pour commencer le désir de connaître réellement Dieu, tel qu’il est, et non tel qu’on voudrait qu’il soit.
Dorénavant vous connaissez le chemin pour rencontrer Dieu!

«Moi, je suis le chemin, la vérité et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.» Jésus (Jean 14. 6)

Le message que je vous ai transmis ici s’appelle Evangile, c’est un mot qui signifie « bonne (ou heureuse) nouvelle »…
Ainsi, sachez-le: le royaume de Dieu s’est approché de vous!

«En vérité, en vérité, je te le dis, si un homme ne naît de nouveau, il ne peut voir le royaume de Dieu.» Jésus (Jean 3. 3)

J’ai parlé au-dessus de ce que signifie « naître de nouveau »; vous pouvez relire ce message pour mieux appréhender ces choses.

Le film suivant retrace la vie du Christ, en se basant intégralement sur les textes (ce n’est donc pas romancé):


Jean 1: https://www.levangile.com/Comparateur-Bible-43-1-14.htm

Discdernement

Pourquoi l’humain est si fragile, si facilement manipulable?Pourquoi par exemple est-il enclin à suivre quasi aveuglement un groupe quelconque, dans quelle mesure est-ce par adhésion personnelle à des idées, plus que par conformisme à la pensée dominante de son groupe?


–En passant, ne soyons pas méchant avec notre prochain dans notre appréciation de ce comportement, parce que d’une part nous sommes tous humains, donc semblables, et d’autre part, en ces temps de confusion où la violence verbale et physique se répand comme une lèpre, n’ajoutons pas aux malheurs du monde, ce n’est pas nécessaire et n’aide personne.–


Le comportement moutonnier si fréquent, quasi universel, quel que soit le groupe suivi, même chez ceux qui pensent être rebelles, anticonformistes, tient probablement à l’instinct de survie plus qu’à une adhésion personnelle à des idées développées dans une profonde et authentique quête du bon, du vrai, et du sain (j’aurais pu rajouter du beau, mais … (*)).C’est d’ailleurs dramatique parce que ça conduit à une superficialité de jugement, et on le constate avec l’adoption de ce prêt-à-penser, qui est devenu pour beaucoup la manière de se forger une pensée actuellement, et dont un psychiatre disait (attention ça tranche dans le « lard » idéologique):


«  » »« La pensée paresseuse est le commun de toutes les théories totalitaires. Petit à petit, des slogans entrent dans une culture. »
Ils font illusions, ils font croire que l’on a compris, mais, « comme un perroquet, nous récitons (…) Et nous nous soumettons à une représentation dépourvue de jugement (…) Quand une culture ne permet pas la rencontre, le débat, elle se soumet à un slogan. » Et ses représentants deviennent « faciles à manipuler (…) Dans l’histoire, chaque nouvelle manière de penser (…) a provoqué l’hostilité. » Il y a cette nécessité de critiquer « les doxa que l’on se répètent sans jugements et qui sont détenues pour vrai. » Cette pensée, cette récitation paresseuse faite de certitudes. » » »


(*) … mais, dans un souci pédagogique vis-à-vis de ceux qui pensent que cet aspect, la beauté, est dispensable en la matière, je ne l’incorpore point; néanmoins je les invite, ces frustres chercheurs, à envisager l’idée qu’au bout du chemin, c’est bel et bien la beauté qu’ils pourraient trouver dans l’essence même de la réalité ultime et de son pouvoir créateur dont est empreinte la création même; ce qui devrait vous amener à entrevoir qu’un tel pouvoir créateur ne peut émaner que d’un être, l’être absolu, sans cause, sans commencement et sans fin, hors du temps et de l’espace, car créateur de tout ce qui existe, rien n’existant en dehors de lui, pas même le temps et l’espace, cet être absolu étant celui qu’on appelle Dieu, lui-même étant la beauté même, beauté dont toute sa création est dotée, dans sa structure comme son dynamisme, jusqu’en toutes les promesses qu’elle contient, témoignant à nos sens, jusqu’à notre cœur, en passant par notre intelligence et notre affect, de la bonté, de la sagesse, de la puissance, de la sainteté, de la splendeur, de la vérité, de l’amour du Créateur.La beauté est dans l’être, plus que dans la chose. Pourquoi la chose, par définition sans conscience et sans volonté, pourrait être belle par essence et créatrice de beauté -si en l’imaginant sans cause première à son existence-? C’est absurde si l’on en reste à ce point, alors que ça ne s’explique que par l’être au-delà de la chose, et même plus: l’être relationnel… ce qui amplifie au-delà de toute mesure notre intuition et notre pénétration de l’immanence de la beauté divine.Le néant est une idée terrifiante, mais cette idée est vaincue par la prise de conscience de l’existence du Créateur.


«Dieu a mis dans leur cœur la pensée de l’éternité, bien que l’homme ne puisse pas saisir l’œuvre que Dieu fait, du commencement jusqu’à la fin.» Ecclésiaste 3. 11


—-


L’expérience en caméra cachée ci-dessous nous montre ce « réflexe » humain face au groupe, et nous pose la question que ferais-je dans une telle situation?:
https://www.youtube.com/watch?v=Ia9aE3RH1Uc
Certes personne ne se fait tout seul, il n’y a qu’à considérer l’art de la citation chez les plus grands auteurs pour le réaliser.Les idées, pensées que nous développons sont en partie une appropriation de ce qui a été déjà pensé et développé (et il n’y a rien de mal à cela).L’adhésion à ces idées est en soi, proprement un acte de foi -la foi étant une adhérence, une projection de notre volonté vers un objet quelconque (ou une personne)- car quel que soit le degré de rationalité sur lequel nous fondons l’élaboration de ces idées/pensées, ne connaissant que partiellement toute chose, c’est par un acte de foi qu’à la fin nous y adhérons, les tenons pour vraies, ou dans l’admission d’une relative fiabilité.


«La foi vient de ce qu’on entend.» Rabbi Shaoul


La foi c’est le propre de l’humain… Elle procède de nos attributs de conscience et de volonté. Tout être humain est un croyant, dans toutes les dimensions de sa vie. Si tu prétends marcher par la vue, tu te racontes des histoires, et cette myopie te fait manquer la clairvoyance, de fait (tu devrais alors examiner ton propre cœur pour découvrir pourquoi tu choisis de t’aveugler ainsi).J’ai remarqué qu’il est souvent difficile pour les gens d’appréhender ce fait, parce que dans leur pensée la foi relève du religieux, or c’est fondamentalement la faculté humaine par laquelle chacun d’entre nous adhère aux choses qu’il tient pour vraies ou dignes de son attachement à elles, que ce soit la motion du groupe, une idéologie, ou encore toute la multitude des « idoles » que l’humain se crée, comme l’amour, le travail, le sport, un partenaire, l’égo, la quête de pouvoir, l’argent, le plaisir, le bonheur, la reconnaissance, la gloire, etc., etc… (liste non exhaustive).


Une personne prétendant avoir établi toute seule sa « philosophie » est juste une personne prétendant avoir la science infuse… Or ce n’est pas comme ça que ça marche, nous sommes le produit de siècles de réflexions, de recherche, d’expériences, et chacun d’entre nous récupère ce qu’il peut dans tout ça.Mais du mouton de base jusqu’au génie nul ne peut s’affranchir de l’amour de la vérité face au défi de l’expérience humaine: je suis là, qu’est-ce que je fais de ça et de ce que je suis?


Face au défi de l’expérience humaine, la foi au Christ est la chose la plus rationnelle qu’on puisse réaliser. Je ne vais pas développer ça ici, mais ce ne sont pas les ressources qui manquent pour tout chercheur.On a accès à une somme de connaissances et de moyens de recherche probablement sans précédents dans l’histoire… aussi, pour peu qu’on s’en tienne à l’amour de la vérité, dans une profonde et indispensable humilité, la probabilité de faire la plus exaltante et la plus libératrice des expériences s’offre à vous.


« La vérité est si obscurcie en ces temps et le mensonge si établi, qu’à moins d’aimer la vérité, on ne saurait la reconnaître. » Blaise Pascal


Face aux intrigues de nos cœurs retors et divisés, seul l’amour de la vérité est garant de progrès, de délivrance. Si quelqu’un n’a pas cet amour il sombrera dans la quête du pouvoir (même si ce n’est qu’à l’échelle de son petit monde) et de la satisfaction de ses ambitions égotiques et narcissiques, ou alors s’il est plus faible sera le faire-valoir et le jouet des plus forts.Entre dominants et dominés, il y a une troisième voie, et peu la trouve.


———

Pour développer un peu plus ce que je disais dans mon post initial ci-dessus à propos de ‘la foi VS la vue, l’être VS la chose, l’esprit VS la matière’…:

Une vision ne considérant que la chose, refusant de reconnaître l’être ultime, s’explique peut-être par un refus d’accepter l’éveil à sa propre existence, comme à l’altérité du reste; et si ceci me semble un mystère, ça s’explique néanmoins et partiellement par le refus de reconnaître l’existence de la cause première qui est dans l’être, l’être absolu, celui que Jésus nous a présenté comme étant le Père céleste (bien que ses attributs recouvre également tous les aspects de la maternité contenus en ce parent ultime de l’humain (*)).
Ce refus c’est comme rester spirituellement à l’état d’œuf, ne pas éclore; tu peux faire le tour du monde, et en revenir sans être sorti de ton cocon spirituel, la chenille étant pourtant appelée à renaître papillon, mais si dans la nature cela se passe naturellement, chez l’humain, cela ne se passe pas sans le concours de sa volonté.

–(*) Un des attributs maternels du Divin est la compassion… Un des termes utilisés dans les Ecrits bibliques, traduit habituellement par « compassion », est le mot rakhèm (רחם); ce mot est construit sur la racine rékhèm qui désigne l’utérus!
Comme la matrice de la femme accueille, nourrit, entretient, et développe la vie jusqu’à son terme, la naissance, ainsi la compassion de l’Eternel, Dieu, plus qu’un simple sentiment, constitue un cadre bienveillant et providentiel dans lequel l’amour de Dieu est engagé de manière active, dynamique.
«Une femme oublie-t-elle l’enfant qu’elle allaite? N’a-t-elle pas pitié du fruit de ses entrailles? Quand elle l’oublierait, Moi je ne t’oublierai point. Voici, je t’ai gravée sur mes mains…» Esaïe 49. 15, 16 (1)–

Le véritable voyage commence là où tu te trouves, en cet instant…

«En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.» Jésus (Jean 5. 24)

«Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi.» Jésus (Jean 14. 6)

Respire… tu peux naître de nouveau, ici et maintenant. Et cette nouvelle naissance c’est devenir enfant de Dieu. Dieu est esprit, et c’est par son Esprit qu’il t’enfante. Jésus est celui qui est venu des cieux, il est la Parole de Dieu faite homme, afin de te conduire jusqu’au Père. Recevoir cette Parole, c’est également recevoir son Esprit, Esprit par lequel tu viens de naître de nouveau si tu as reçu le Fils de Dieu par la foi, et dans ce cas, Dieu est ton Père maintenant, un Père parfait qui ne déçoit pas.

«Or, la vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ.» Jésus (Jean 13. 3)

«Vous n’avez pas reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions: Abba! Père!» Romains 8. 15 (2)

Retour du Christ

Mises à jour: 17 mars 2020, 20 mars 2020…
——————
Les épidémies… les famines… les guerres… les tremblements de terre et toutes sortes de phénomènes anormaux ou inhabituels… tout ça, et d’autres choses encore, font partie des signes que Jésus a donnés, il a appelé cette période « les douleurs avant l’accouchement ».
Et pour une bonne raison: comme les douleurs avant l’accouchement, ces événements vont aller croissant, en intensité et en fréquence. Jusqu’à la délivrance finale.
En attendant sa venue, il va vous falloir être vigilants, car il dit encore:


«Gardez-vous de vous alarmer car cela doit arriver. Mais ce ne sera pas encore la fin. … Tout cela ne sera que le commencement des douleurs.» Jésus (Matthieu 24. 6, 8)


Ce n’est donc qu’un début, et ça va augmenter progressivement et rapidement en intensité, à tel point que Jésus nous prévient que « les hommes rendront l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra pour la terre » (Luc 21. 26).


C’est un ensemble de signes, de phénomènes, et d’événements, concomitants, qui nous permettent de discerner que nous sommes très probablement dans cette période pré-finale, celle des « douleurs avant l’accouchement ».


Il est un de ces éléments qui semble s’être accompli très récemment:


«Cette bonne nouvelle du royaume sera prêchée dans le monde entier, pour servir de témoignage à toutes les nations. Alors viendra la fin.« Matthieu 24. 14


Le dernier peuple qui n’avait pas encore reçu l’Evangile (mot qui signifie « bonne (ou heureuse) nouvelle »), est celui qu’a été rencontrer l’évangéliste John Chau, la tribu des Sentinelles (même ce nom, sentinelle, porte en lui un « signe »).


Un autre signe est celui de la multiplication des faux christ et faux prophètes, et ils égarent beaucoup de gens en les entrainant vers des doctrines de démons.Le summum de cet esprit d’égarement va être prochainement réalisé par la manifestation de l’antichrist; cet homme investi de la puissance des ténèbres, sera secondé par un homme nommé le faux prophète, et à deux ils vont pervertir encore d’avantage un monde à la déroute, jusqu’à un point totalement atroce.Le faux prophète sera un leader religieux.et l’antichrist sera un leader politique, et les ayant séduits puissamment il exigera de toutes les nations et de tous peuples qu’ils l’adorent comme Dieu; il prétendra être le Christ, le Messie, le Sauveur. (il est donc fort probable qu’il soit perçu par beaucoup comme l’homme providentiel qui résoudra d’ailleurs certainement un certain nombre de problèmes dans le monde)..Il persécutera violemment les chrétiens, puis Israël, et finira par lever une armée mondiale pour assaillir et tenter de détruire Israël, et ce seront les derniers moments de cet homme impie et de son armée qui seront détruits par le Christ lors de son retour.Enfin, ceux qui auront adoré l’antichrist et reçu sa marque ou son nombre ne pourront espérer être sauvés au jour du jugement.Ces deux individus sont peut-être déjà apparus et connus dans le monde…


La chute morale fait également partie des signes; les hommes seront de plus en plus porté vers le mal et toute forme de violence. Déjà nous en voyons les prémices, et ce de plus en plus fortement.La violence sera généralisée et une caractéristique de ces temps de la fin:
«Il en sera comme du temps de Noé.» Jésus (Matthieu 24. 37)
Du temps de Noé:
«La terre était corrompue devant Dieu, la terre était pleine de violence.» Genèse 6. 11
Sur la question des mœurs et de la morale, Jésus nous prévient également que:
«Ce qui arriva du temps de Lot arrivera pareillement…» Luc 17. 28


Parmi ces signes encore, il y a celui de la restauration d’Israël, tel qu’annoncé par les prophètes de la Bible; Jésus lui-même nous l’annonce sous l’image du figuier (un symbole d’Israël):


«Instruisez-vous par une comparaison tirée du figuier. Dès que ses branches deviennent tendres, et que les feuilles poussent, vous connaissez que l’été est proche.De même, quand vous verrez toutes ces choses, sachez que le Fils de l’homme est proche, à la porte.Je vous le dis en vérité, cette génération ne passera pas, que tout cela n’arrive.» Matthieu 24. 32 à 34


Il parle de la génération qui verra toutes ces choses… Si c’est la nôtre, vous savez quelles conclusions en tirer!


«Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et levez vos têtes, parce que votre délivrance est proche.» Luc 21. 18


Et enfin, à la fin:


«Alors le signe du Fils de l’homme paraîtra dans le ciel, toutes les tribus de la terre se lamenteront, et elles verront le Fils de l’homme venir sur les nuées du ciel avec beaucoup de puissance et de gloire.» Matthieu 24. 30


N’attendez pas, n’attendez plus, pour venir au Christ! Soyez réconcilié avec Dieu aujourd’hui. Vous ne savez pas de quoi demain sera fait, ni si vous serez encore là.Et le message le plus important que je puisse vous transmettre, qui nous concerne tous, du premier au dernier, car nous sommes tous pécheurs, est celui-ci:


mettons nos vies en règle avec Dieu!


«Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle.» (1)


«En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient pas en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.» (2)


(1) et (2): Jésus (Jean 3. 16 et Jean 5. 24)


Vous connaissez le moyen d’être réconcilié avec Dieu, c’est par la foi au Christ. Si vous l’avez reçu par la foi, vous pouvez attendre son retour en toute sérénité.
Jésus nous a averti qu’il « vient comme un voleur dans la nuit »… Sa venue peut être dans 10 ans, ou 10 mois, ou 10 jours, ou 10 minutes, ou même 10 secondes…Nous ne connaissons ni le jour, ni l’heure, seulement la « saison » de son retour.
A la question « que feriez-vous si vous appreniez que le Christ revient demain? », Luther avait répondu « Je planterais un arbre ». Cette réponse est très riche, toute concise qu’elle soit…Et elle nous invite à cette attitude: bien que nous nous tenions prêts à son retour à n’importe quel moment, nous continuerons d’agir sur le long terme.
Dans l’attente de son retour vous pouvez compter sur l’amour et la provision infinie de notre Père céleste; confiez-vous donc en lui afin de demeurer dans la paix.


«Ne vous inquiétez de rien; mais en toute chose faites connaître vos besoins à Dieu par des prières et des supplications, avec des actions de grâces. Et la paix de Dieu, qui surpasse toute intelligence, gardera vos cœurs et vos pensées en Jésus-Christ.» Philippiens 4. 6, 7


«Et voici, je suis avec vous tous les jours, jusqu’à la fin du monde.» Jésus (Matthieu 28. 20)


«L’Esprit et l’épouse disent : Viens ! Que celui qui entend, dise : Viens ! Que celui qui a soif, vienne ; que celui qui veut, prenne de l’eau de la vie gratuitement ! …Celui qui atteste ces choses dit : Oui, je viens bientôt.Amen ! Viens, Seigneur Jésus !» Apocalypse 22. 17, 20


========


Matthieu 24, en lien ci-dessous…


https://www.levangile.com/Bible-COL-40-24-1-complet-Contexte-oui.htm


——————————————-
« Addendum »

—————

MàJ 17 mars 2020


En général j’écris mes posts en un seul jet, puis je les édite pour corriger les fautes, apporter quelques modifications. Pour celui-ci je m’y suis repris à plusieurs fois avant d’arriver à finaliser mon texte, mais ce n’était pas encore suffisant; il y a en effet tellement à dire qu’immanquablement je devais y revenir pour apporter des éléments supplémentaires concernant l’énumération des signes des temps de la fin, que voici:


* l’augmentation de la connaissance, et la mobilité des hommes sur la terre… C’est dans le livre du prophète Daniel qu’on trouve cette révélation dont on constate l’accomplissement spectaculaire depuis quelques décennies. Concernant la mobilité, des millions d’hommes voyagent au 4 coins du monde tout les jours, on est passé du char à bœuf ou du cheval aux vols transcontinentaux avec le développement de l’aviation. Concernant la connaissance, il va sans dire que depuis le milieu du XXème siècle elle a connu un essor inouï avec tous les progrès qu’elle a fait, et ce dans tous les domaines. En à peine un siècle on est passé d’un niveau de vie archaïque à une modernité à peine imaginable il y a peu encore.Voici cette prophétie dans sa version originale: «וְאַתָּ֣ה דָֽנִיֵּ֗אל סְתֹ֧ם הַדְּבָרִ֛ים וַחֲתֹ֥ם הַסֵּ֖פֶר עַד־עֵ֣ת קֵ֑ץ יְשֹׁטְט֥וּ רַבִּ֖ים וְתִרְבֶּ֥ה הַדָּֽעַת׃» (Daniel 12. 4).


* les tentatives de l’humanité pour mondialiser ses efforts de gouvernance et de cohabitation. Même si la volonté de vivre en paix les uns avec les autres, pour le bien et la prospérité de tous, peut être louable et à encourager, il faut encore que ce soit fait sur une bonne base… On ne peut pas édifier une telle ambition sur le mensonge, l’injustice, et la coercition. Or il semble que ce soit la voie que, sauf exceptions, les nations choisissent de plus en plus, malheureusement. On retrouve dans cet ordre mondial en formation les vestiges de l’esprit impérialiste romain, dont la paix était garanti par l’exercice d’une force impitoyable. La devise de Rome était « dura lex sed lex », la loi est dure mais c’est la loi. Cette force tyrannique était la garante de la « pax romana », la paix romaine, dont dépendait le pouvoir politique, le commerce, l’extension de l’empire, et la propagation de son idéologie païenne. La « pax romana » s’oppose quasiment en tout point au shalom biblique qui est lui la plénitude d’une conscience apaisée et unifiée par l’amour divin agissant et libérateur, garant des meilleurs dispositions pour le progrès en toutes directions, individuelles et collectives, de l’humanité. Seul Christ, par son Esprit apporte cette paix!Le système de l’antichrist sera vraisemblablement une « résurrection » de cet empire romain, et nous ne sommes vraiment pas loin de voir ces choses arriver. L’homme providentiel que sera ce tyran, le dernier de l’histoire humaine, se verra sans doute porté aux nues par les nations en profitant d’un contexte de crises extrêmes qui conduira les hommes a tout accepter de cet homme en échange de la « paix » qu’il promettra.Cette unité mondiale multipolaire qui semblera être l’ultime triomphe de l’humanité, cette revanche sur l’échec de la Tour de Babel, sera aussi le signe de son effondrement final à venir. A ce sujet, la prophétie nous averti: « Quand les hommes diront: Paix et sûreté! alors une ruine soudaine les surprendra, comme les douleurs de l’enfantement surprennent la femme enceinte, et ils n’échapperont pas » (1 Thessaloniciens 5. 3). En relation avec le développement de cet ordre mondial, les prophéties indiquent que l’antichrist et le faux prophète fonderont leur autorité à la fois sur un système politique et religieux (dont le culte à l’antichrist, adoré comme un dieu, sera le moteur); pour l’aspect politique, je l’ai développé ci-dessus, et ci-dessous, mais concernant l’aspect religieux qui peut sembler improbable on voit pourtant comment cette religion à la fois nouvelle et ancienne (parce que fondée sur le syndrome luciférien avec tout le cortège de pratiques occultes et malsaines qu’il entraine, bien souvent sous couvert de piété ou de libération, d’éveil spirituel, d’illumination, de développement personnel) est promue par de plus en plus d’élites religieuses à travers le monde, et leur discours est assez simple, ils parlent d’unité au nom de l’amour, mais bien sûr au détriment de la vérité…L’amour et la vérité ne peuvent aller l’un sans l’autre pourtant!


* J’ai parlé plus haut du signe suivant, mais je dois le développer car il est résolument et profondément lié à ce que je viens de dire juste au-dessus à propos de la mondialisation, il s’agit de l’effondrement moral de l’humanité… Jésus en une phrase lapidaire nous en dresse un portrait glaçant: « Parce que l’iniquité se sera accrue, l’amour du plus grand nombre se refroidira » (Matthieu 24. 12).Une autre prophétie nous détaille cette chute de manière toute aussi glaçante:


«Sache que dans les derniers jours il y aura des temps difficiles,car les hommes seront égoïstes, amis de l’argent, vantards, orgueilleux, blasphémateurs, rebelles à leurs parents, ingrats, impies,insensibles, implacables, calomniateurs, violents, cruels, ennemis du bien,traîtres, emportés, aveuglés par l’orgueil, amis du plaisir plutôt que de Dieu.Ils auront l’apparence de la piété mais renieront ce qui en fait la force…» 2 Timothée 2. 1 à 5


—Notez que le mot traduit par « difficile » dans le passage ci-dessus est le mot kalépos dans le grec original (χαλεπός ~ code Strong 5467); le sens de ce mot est basiquement celui de « fureur »…

La violence physique et verbale, la haine, la rage, la perte de contrôle de soi, qui se manifestent de plus en plus dans le monde sont clairement l’accomplissement de cette prophétie, sous nos yeux…—


Dans la même perspective, une autre prophétie averti pourtant l’humanité en ces termes:


«Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, Qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres, Qui changent l’amertume en douceur, et la douceur en amertume! Malheur à ceux qui sont sages à leurs yeux, Et qui se croient intelligents!» Esaïe 5. 20, 21


Le choix de la majorité de se tourner vers le mensonge plutôt que vers la vérité, dans leur quête de pouvoir et de satisfaction égotique et narcissique est clairement établi comme une caractéristique majeure de cette période des temps de la fin…Ce qui conduira les hommes, et les conduit déjà, à une arrogance, une violence, et un esprit de moquerie sans précédent.


«… dans les derniers jours, il viendra des moqueurs avec leurs railleries, marchant selon leurs propres convoitises, et disant: Où est la promesse de son avènement? Car, depuis que les pères sont morts, tout demeure comme dès le commencement de la création.» 2 Pierre 3. 3, 4


Jésus énonce clairement que c’est cette attitude qui sera la cause du jugement de l’humanité:


«Ce jugement c’est que, la lumière étant venue dans le monde, les hommes ont préféré les ténèbres à la lumière, parce que leurs œuvres étaient mauvaises. Car quiconque fait le mal hait la lumière, et ne vient point à la lumière, de peur que ses œuvres ne soient dévoilées.» Jean 3. 19, 20


Jésus Christ est cette lumière, lui qui a apporté le salut, la grâce et la vérité au monde.


—————————————


Le temps de son retour est proche, Jésus vient bientôt! Etes-vous en règle avec Dieu, avez-vous saisi le salut et la délivrance qu’il vous offre par son Fils qui a pris sur lui le poids de vos péchés à la croix?Jésus est vivant, il n’est pas resté dans la tombe, il a triomphé de la mort et du péché pour nous, en se chargeant du poids de nos fautes, de la condamnation qui nous revenait, lui qui n’a pas connu le péché, le seul juste de l’histoire de l’humanité.Le ressuscité revient bientôt, avec ses rétributions pour chacun.


«En ce qui concerne les temps et les moments, vous n’avez pas besoin, frères et sœurs, qu’on vous écrive à ce sujet.En effet, vous savez bien vous-mêmes que le jour du Seigneur viendra comme un voleur dans la nuit.Quand les hommes diront : « Paix et sécurité ! » alors une ruine soudaine fondra sur eux, comme les douleurs sur la femme enceinte ; ils n’y échapperont pas.Mais vous, frères et sœurs, vous n’êtes pas dans les ténèbres pour que ce jour vous surprenne comme un voleur.Vous êtes tous des enfants de la lumière et des enfants du jour. Nous ne sommes pas de la nuit ni des ténèbres.Ne dormons donc pas comme les autres, mais veillons et soyons sobres.En effet, ceux qui dorment dorment la nuit, et ceux qui s’enivrent s’enivrent la nuit.» 1 Thessaloniciens 5. 1 à 7


«Et nous tenons pour d’autant plus certaine la parole prophétique, à laquelle vous faites bien de prêter attention, comme à une lampe qui brille dans un lieu obscur, jusqu’à ce que le jour vienne à paraître et que l’étoile du matin se lève dans vos cœurs.» 2 Pierre 1. 19


=======


MàJ 20 mars 2020

————————


Je n’ai pas pensé à mentionner cette autre prophétie du Christ concernant Jérusalem…:


«Jérusalem sera foulée aux pieds par les nations, jusqu’à ce que les temps des nations soient accomplis.» Luc 21. 21


Depuis la destruction du Temple et de Jérusalem en l’an 70 par les romains, puis la déportation du peuple parmi les nations, jusqu’à à nos jours, Jérusalem était foulée aux pieds par les nations.Mais depuis la renaissance de l’état d’Israël, en 1948, et prophétisée en de nombreuses occurrence à travers les Ecritures, ce temps des nations a enfin pris fin!
Lisons la suite de la prophétie de Jésus, pour savoir ce qui va advenir dorénavant:


«Il y aura des signes dans le soleil, dans la lune et dans les étoiles. Et sur la terre, il y aura de l’angoisse chez les nations qui ne sauront que faire, au bruit de la mer et des flots, les hommes rendant l’âme de terreur dans l’attente de ce qui surviendra pour la terre; car les puissances des cieux seront ébranlées.
Alors on verra le Fils de l’homme venant sur une nuée avec puissance et une grande gloire.
Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et levez vos têtes, parce que votre délivrance approche.» Luc 21. 25 à 28


Il semble raisonnable d’estimer que nous sommes arrivés à ces temps qui ont été prophétisés… L’expression que Jésus a employé, « les douleurs avant l’accouchement », décrivant parfaitement cette période pré-finale, il est largement accepté comme un fait dans le Corps du Christ (c’est à dire les chrétiens, quelles que soient leur dénominations (messianiques, protestants, évangéliques, baptistes, et même des catholiques, etc, etc) ou sans dénomination) que nous sommes arrivés à ces temps.


Les versets que j’ai cités juste au-dessus sont très denses, et sont liés à un ensemble d’autres prophéties apportant plus de détails et de précisions sur les événements qui vont se produire et qui ne sont pas forcément évoquées dans ce passage (tel que la manifestation de l’antichrist notamment). Je vous recommande de lire l’étude biblique suivante qui reprend et développe ce que nous révèlent et enseignent les prophéties de la Bible:


http://www.bibliquest.org/TapM/TapM-Introduction_prophetie-Partie1.htm


Si concernant ce post, vous voulez apporter des corrections (même si ce n’est que pour l’orthographe et/ou la grammaire), des précisions, ou si vous avez des questions, je vous en prie, sentez-vous libres de le faire en commentaires, ou en MP si vous préférez! Merci 🙂


«Quand ces choses commenceront à arriver, redressez-vous et levez vos têtes, parce que votre délivrance approche.»


=======

Origines, identités

Noé, un descendant d’Adam, avait trois fils, Sem, Ham, et Japhet (voir Genèse 10, par ex. (*)).
Ces trois sont les pères des trois grandes principales familles humaines:

* les sémites

* les africains

* les indo-européens (et le reste)


Les noms de ces trois grandes familles nous donnent des indications sur leur personnalité, et même peut-être sur leur destinée respectives et dans une certaine mesure sur leurs potentiels..

Sem (« shem » ~ שֵׁם), ça signifie le « nom ». Israël par exemple, un peuple sémite, a tout au long de son histoire manifesté sa relation particulière avec la parole dont l’un des champs d’application est celui de la révélation, divine en l’occurrence, puisqu’on lui doit la Bible et les nombreuses prophéties, enseignements de sagesse et de connaissance et même les textes poétiques qu’elle contient, jusqu’à la venue du Messie, Jésus de Nazareth qui est le Verbe Divin incarné (voir Jean 1 (**)), et qui en tant que tel est désigné comme le Fils Unique de Dieu (c’est une expression qui fait directement référence à ce Verbe Divin, le Logos ( λόγος) de Dieu, ou Parole de Dieu).

Ham, (« kham » ~ חָם), ça signifie l’ « ardent », je ne suis pas assez calé pour en dire plus à son sujet, si quelqu’un a des données à apporter, je suis preneur…


Japhet (« yaphet » ~ וָיָפֶת)
, ça signifie la « beauté » (ce sens est contesté par certain qui y voit plutôt le sens d’ « accomplissement »; quoiqu’il en soit, l’hébreu est une langue très riche, et les pistes sémantiques offertes par le vocabulaire ne sont pas forcément antagonistes, mais plutôt complémentaires), on pourra penser par exemple à la fascination envers la beauté dans nos cultures occidentales, sa quête de l’esthétisme dans l’art, la littérature, la musique, l’architecture, le culte du corps, etc.


Je me suis souvent vanté d’avoir hérité des trois fils de Noé dans mon bagage génétique… Je peux désormais le prouver scientifiquement puisque j’ai récemment fait une analyse ADN qui révèle que je n’affabulais point; vous pouvez le découvrir dans l’image ci-jointe qui présente le résumé du résultat de cette analyse.
Certes par exemple pour mes origines africaines ou arabes, c’est minime, mais il n’en demeure pas moins que je porte tout ceci, et bien d’autres origines encore dans mon patrimoine génétique comme vous pourrez le constater.
Quoiqu’il en soit, même si je me réjouis d’une telle diversité et d’un tel mélange dans mes origines, je ne perds pas de vue que ce qui compte, ce n’est pas ce que nous sommes physiquement, mais intérieurement, spirituellement, car la chair disparaitra, mais l’esprit demeure pour l’éternité.
C’est ce qui a amené l’apôtre Paul a faire cette déclaration, en relation avec la question des origines et de la chair:
«Et même je regarde toutes choses comme une perte, à cause de l’excellence de la connaissance de Jésus-Christ mon Seigneur, pour lequel j’ai renoncé à tout…» Philippiens 3. 8
A cet égard, ma joie la plus profonde est que par la grâce de Dieu mon Père céleste, mon nom est écrit dans son Livre de Vie!En recevant par la foi son Fils, Jésus le Messie, j’ai été adopté par l’Eternel, je suis devenu son enfant, selon l’expression de Jésus je suis né de nouveau (cf Jean 3).
Et vous-même, avez -vous saisi la grâce de Dieu et le don de la vie éternelle?SI ce n’est pas encore fait, je vous invite à venir au Christ, et à mettre vos vies en règle avec Dieu, car tous, du premier au dernier, nous sommes des pécheurs, et sans la grâce de Dieu nous ne pouvons trouver le salut, nous ne pouvons offrir de sacrifice ou d’œuvres qui puisse nous racheter.C’est pourquoi Dieu lui-même, dans son amour pour nous, a donné son Fils, afin que par sa mort et sa résurrection nous puissions être sauvés du jugement à venir.En donnant sa vie sur la croix, Jésus a pris sur lui la condamnation qui nous revenait, le chatiment que nous devions recevoir est tombé sur lui!
«Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ceux qu’on aime.» Jésus (Jean 15. 13)
Ainsi en le recevant par la foi, vous recevrez la grâce de Dieu car c’est ainsi que sa justice est satisfaite, ainsi que son amour.


———–


(*) Genèse 10: http://www.mechon-mamre.org/f/ft/ft0110.htm


(**) Jean 1: https://www.levangile.com/Bible-CHU-43-1-1-complet-Contexte-oui.htm


========

Adam & Eve

En ce matin du monde Adam contemplait le visage d’Eve dont la beauté lui remplissait l’âme comme la lumière du printemps inonde les regards de sa splendeur.Eve amusée par l’absence apparente d’Adam qui la dévisageait, perdu dans ses pensées, souriait de le savoir aussi épris d’elle, Elle se sentait pleine d’espérance, émue, touchée, bien, juste bien.
Et de fil en aiguille, c’est ainsi que tu es arrivé(e) dans le monde, toi qui lis ceci… Des générations et des générations de tes ancêtres ont vécu, sur cette terre où il est parfois si difficile de même survivre.
Sans le cadre de la famille, de la tribu, du peuple, cette transmission de la vie aurait été peut-être improbable.On nous parle de « nouveau monde », mais pourquoi jeter ce qui était bon dans l’ancien, a fait ses preuves et a contribué à l’essor et au développement de toutes les plus grandes réalisations de l’humanité?
Quant à la famille, et à la femme en particulier, justement le texte de Moïse nous dit qu’elle est venu près de l’homme comme un secours (« ezer » ~ עֵזֶר).C’est un mot très fort, pour une relation offrant la plus profonde des expériences entre êtres humains; et d’ailleurs, cette relation sert de représentation de la relation entre le Christ et son Eglise:
«Maris, aimez vos femmes, comme Christ a aimé l’Eglise et a donné sa vie pour elle.» Ephésiens 5. 25
Parlons d’amour encore… Nous n’avons qu’un seul mot en français pour le désigner directement, le mot amour. La langue grec ancienne, celle des manuscrits du Nouveau Testament, offre au moins trois verbes différents et essentiels pour le désigner, chacun associé à un domaine d’expression particulier et de plus en plus restreint:


* agapé (ἀγάπη) ~ il s’agit de l’amour altruiste, spirituel par essence, l’amour qui donne sans attendre en retour; cette forme d’amour repose d’avantage sur la volonté, plus que tout autre chose, d’aimer envers et contre tout, gratuitement, non pour soi, mais pour l’autre.C’est la forme d’amour qu’idéalement nous devrions tous exercer les uns envers les autres, car elle est destinée à s’étendre le plus largement possible, pour le bien de tous.


* philia (φιλία) ~ cette forme est plus restreinte que la précédente; elle correspond à ce qui relève de l’amitié, elle ne peut être partagée/échangée entre tous, mais seulement par ceux qui par affinités, convergences de vues et d’objectifs, ainsi qu’avec les différences de chacun, s’unissent dans un dynamisme relationnel.


* eros (ἔρως) ~ enfin vient cette forme qui ne peut s’exprimer que dans le cadre exclusif du couple; c’est l’amour que partage ceux qui s’engagent pour former l’union que nous appelons mariage. Elle est composée d’attirance, de désir, de la flamme qui peut nous rendre « malade d’amour » comme dit la Shulamit dans le Cantique des cantiques.


Dans le couple, le cercle le plus restreint des relations humaines, ces trois formes (on pourrait parler aussi de degrés) doivent être présentes pour garantir la meilleure base possible d’un engagement visant l’épanouissant de l’un et l’autre.
Tout ceci est bien beau, mais dans la pratique on est loin de la situation idéale ou les formes de l’amour se manifesteraient dans les expressions les plus parfaites et libres, dans la sagesse la plus élevée, et la connaissance la plus transcendante (véritablement transcendante, sans aucun rapport avec une philosophie orientale popularisée par ailleurs).Il y a une explication à cela… Notre grand père et notre grand mère à tous ont désobéi à Dieu, ils se sont rebellés en imaginant gagner ainsi leur liberté et devenir leurs propres dieux.Résultat, ils ont été maudits, et chassez du Jardin d’Eden. Et tout homme par sa naissance hérite de cette malédiction, qui fait de nous des mortels.
Alors que nous avions accès à tous les fruits des arbres du Jardin, y compris le fruit de l’Arbre de la Vie, nous avons cru qu’en goûtant les fruits de l’Arbre de la connaissance du bien et du mal, nous pourrions nous affranchir de l’Eternel, devenir les propres dieux de nos vies.Au lieu de rester dans l’innocence qui nous garantissait une pleine et entière jouissance de tous les dons du Créateur, nous avons commis cette faute originelle, et c’est ainsi que nous avons pris conscience de notre propre « nudité ».Nous en avons eu honte, avons voulu nous cacher, y palier par nos propres moyens, mais le Très-Haut est celui qui nous a couverts.
Jusqu’à aujourd’hui, nous connaissons toujours le bien et le mal, mais la vie éternelle en revanche… le chemin nous en est barré.A moins que nous trouvions un moyen…
«La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ.» Jean 17. 3
Pour avoir accès à nouveau à la vie éternelle, il nous faut sortir de la malédiction sous laquelle nous sommes.Pour cela il faut une compensation pour nos fautes. Qu’allons-nous offrir en échange de notre âme, nous qui nous souillons si facilement, nous que le péché enveloppe si facilement?
C’est là que nous devons réaliser une chose parfois difficile à admettre: sans effusion de sang pas de pardon. C’est la norme que le Créateur a fixé, la condition du pardon…
Depuis la chute de l’homme en Eden, l’univers entier est soumis à la corruption nous disent les Ecritures. C’est une loi qu’on retrouve jusqu’en physique avec le phénomène de l’entropie.
Et c’est parfaitement logique: on a rien sans rien. il faut une cause initiale à toute chose, et pour produire la vie on ne peut rien attendre du néant, ça tombe sous le sens.
«Aussi la création attend-elle avec un ardent désir la révélation des fils de Dieu.Car la création a été soumise à la vanité, — non de son gré, mais à cause de celui qui l’y a soumise, —avec l’espérance qu’elle aussi sera affranchie de la servitude de la corruption, pour avoir part à la liberté de la gloire des enfants de Dieu.» Romains 8. 19 à 21
La solution que Dieu nous offre c’est d’avoir pourvu lui-même au sacrifice expiatoire requis pour effacer nos péchés, en la personne de son Fils, qui est sa Parole, laquelle s’est incarnée, est devenue un homme, Jésus de Nazareth.
«On ne me prend pas ma vie, je la donne de moi-même!» Cette déclaration de Jésus était l’affirmation et l’annonce de ses prochaines souffrances, jusqu’à la mort, sur la croix.
Et c’est ainsi que Jésus s’est chargé du poids de nos péchés, il a pris sur lui la condamnation qui aurait dû s’abattre sur nous.Ayant ainsi accompli la purification des péchés, il était normal qu’il ne reste pas dans la tombe, c’est pourquoi il est revenu d’entre les morts au troisième jour.
Il est vivant!
«Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse pas, mais qu’il ait la vie éternelle.Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui.Celui qui croit en lui n’est pas jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu.» Jean 3. 16 à 18
«La vie éternelle, c’est qu’ils te connaissent, toi, le seul vrai Dieu, et celui que tu as envoyé, Jésus-Christ.» Jean 17. 3
—————————-
La chanson suivante reprend l’histoire de la malédiction de l’homme et de sa délivrance par le dernier Adam, Jésus Christ le Fils de Dieu…:


https://www.youtube.com/watch?v=TkfZ8DtTOno


«Car, puisque la mort est venue par un homme, c’est aussi par un homme qu’est venue la résurrection des morts. Et comme tous meurent en Adam, de même aussi tous revivront en Christ.» 1 Corinthiens 15. 21, 22


«Ainsi donc, comme par une seule offense la condamnation a atteint tous les hommes, de même par un seul acte de justice la justification qui donne la vie s’étend à tous les hommes.Car, comme par la désobéissance d’un seul homme beaucoup ont été rendus pécheurs, de même par l’obéissance d’un seul beaucoup seront rendus justes.Or, la loi est intervenue pour que l’offense abondât, mais là où le péché a abondé, la grâce a surabondé.» Romains 5. 18 à 20


«Voici, je viens bientôt, et ma rétribution est avec moi, pour rendre à chacun selon ce qu’est son œuvre.Je suis l’alpha et l’oméga, le premier et le dernier, le commencement et la fin.Heureux ceux qui lavent leurs robes, afin d’avoir droit à l’arbre de vie, et d’entrer par les portes dans la ville!» Apocalypse 22. 12 à 14

Bible en ligne

Une liste de sites offrant la Bible en ligne…

Note: certains de ces sites offrent également des applications pour vos téléphones.


Multiples langues et traductions:
˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘

https://www.biblestudytools.com/

============
.
Hébreu/Anglais:
˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘

http://www.sarshalom.us/resources/scripture/asv/bible.html

============
.
Hébreu/Français:
˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘

http://www.mechon-mamre.org/f/ft/ft0.htm

============
.

Français et multiples traductions:
˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘

https://www.levangile.com/Affichage-Multi-Bible.php

============
.

Multiples langues et traductions:
˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘

https://www.biblegateway.com/

============
.

Interlinéaire Hébreu/Anglais:
˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘

https://www.scripture4all.org/OnlineInterlinear/Hebrew_Index.htm

============
.

Interlinéaire Grec/Anglais:
˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘

https://www.scripture4all.org/OnlineInterlinear/Greek_Index.htm

============
.

Multiples langues, multiples traductions:
˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘

https://biblehub.com/

============
.

Anglais:
˘˘˘˘˘˘˘

https://studybible.info/

============
.

Multiples langues, multiples traductions:
˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘

http://unbound.biola.edu/

============
.

Anglais:
˘˘˘˘˘˘˘

https://netbible.org/bible/

============
.

Multiples langues, multiples traductions:
˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘˘

https://www.bible.com/

Complément, aide pour choisir une traduction de la Bible:

Outils d’études de la Bible:

http://www.bibliquest.org/
https://www.lueur.org/

Du neuf et de l’ancien

En lisant la Torah (les 5 premiers livres de la Bible) on découvre que Moshé (Moïse) avait dû se couvrir d’un voile. Lui qui parlait avec l’Eternel comme un homme parle avec son ami, reflétait une lumière aveuglante.
A la demande du peuple, il s’était donc couvert d’un voile. Ce que nous dit le texte c’est que Moïse, ses écrits en fait, sont couverts d’un voile.
Des siècles plus tard, le rabbi de Galilée, Jésus de Nazareth, est venu ôter ce voile, en accomplissant la Torah et les prophètes!
Pour comprendre, le lien entre l’Evangile et le culte lévitique, le sacerdoce des cohanim (littéralement « prêtres » (« cohen » au singulier)), le Temple, le « lieu très saint », les sacrifices, les fêtes juives (Pâques, Pentecôte, etc), choses qui étaient l’ombre des choses à venir (Colossiens 2. 17), il faut lire la Lettre Aux Hébreux:

https://www.levangile.com/Bible-LSG-58-1-1-complet-Contexte-oui.htm

«Jusqu’à ce jour, quand on lit Moïse, un voile est jeté sur leurs cœurs; mais lorsque les cœurs se tourne vers le Seigneur, le voile est ôté.» Rabbi Shaoul (2 Corinthiens 3. 15, 16)

C’est pourquoi on parle de l’ancien et du nouveau testament; testament signifie en fait alliance… Il y a donc une ancienne alliance, et une nouvelle:
«Voici, les jours viennent, dit le Seigneur, Où je ferai avec la maison d’Israël et la maison de Juda Une alliance nouvelle,Non comme l’alliance que je traitai avec leurs pères, Le jour où je les saisis par la main Pour les faire sortir du pays d’Egypte; Car ils n’ont pas persévéré dans mon alliance, Et moi aussi je ne me suis pas soucié d’eux, dit le Seigneur.Mais voici l’alliance que je ferai avec la maison d’Israël, Après ces jours-là, dit le Seigneur: Je mettrai mes lois dans leur esprit, Je les écrirai dans leur cœur; Et je serai leur Dieu, Et ils seront mon peuple.» Hébreux 8. 8 à 10 (cf Jérémie 31. 31)
Tous les hommes, de toutes les langues, de toutes les tribus et nations sont conviés à entrer dans cette nouvelle alliance.
«Mais maintenant, en Jésus-Christ, vous qui étiez jadis éloignés, vous avez été rapprochés par le sang de Christ.Car il est notre paix, lui qui des deux n’en a fait qu’un, et qui a renversé le mur de séparation…» Ephésiens 2. 13, 14
«Christ est venu comme souverain sacrificateur [*] des biens à venir; il a traversé le tabernacle plus grand et plus parfait, qui n’est pas construit de main d’homme, c’est-à-dire, qui n’est pas de cette création;et il est entré une fois pour toutes dans le lieu très saint, non avec le sang des boucs et des veaux, mais avec son propre sang, ayant obtenu une rédemption éternelle.» Hébreux 9. 11, 12
[*] ou « grand prêtre » (« cohen hagadol » en hébreu)
Tous ceux qui entre dans la nouvelle alliance sont prêtres de la nouvelle alliance; ceci démontre que la conception catholique de la prêtrise n’est pas fidèle à l’enseignement du Christ et des Ecritures, et le soi-disant « sacrifice de la messe » est une injure au sacrifice unique et pleinement suffisant du Fils de Dieu sur la croix, c’est pourquoi d’ailleurs Jésus affirme;
«En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui écoute ma parole, et qui croit à celui qui m’a envoyé, a la vie éternelle et ne vient point en jugement, mais il est passé de la mort à la vie.» Jean 5. 24
Il n’est pas question de pratiques légalistes, choses que le catholicisme substitue au salut par grâce qu’offre le Christ…
«Car c’est par la grâce que vous êtes sauvés, par le moyen de la foi. Et cela ne vient pas de vous, c’est le don de Dieu. Ce n’est point par les œuvres, afin que personne ne se glorifie.» Ephésiens 2. 8, 9
Il n’y a pas à renouveler ce sacrifice dans cette pratique légaliste du « sacrifice de la messe » qui transforme le salut par grâce en salut par les œuvres.
Jésus nous a averti que de faux conducteurs et même de faux prophètes viendraient après lui..
Mais pour nous qui écoutons sa parole et la mettons en pratique, il nous dit que:
««Il nous a aussi rendus capables d’être ministres d’une nouvelle alliance, non de la lettre, mais de l’esprit; car la lettre tue, mais l’esprit vivifie.» 2 Corinthiens 3. 6
Et nous sommes dépositaires d’un triple sacerdoce: celui de la prêtrise, de la royauté, et de la prophétie.
Enfin, le partage du pain et du vin sont un symbole du sacrifice parfait du Christ, et une proclamation de la nouvelle alliance; la Pâque du Christ est l’accomplissement de la Pâque des hébreux qui était donc l’ombre à venir de ce que le Messie (ce qui se dit « christ » en grec) allait accomplir:
«Il prit du pain; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le leur donna, en disant: Ceci est mon corps, qui est donné pour vous; faites ceci en mémoire de moi. Il prit de même la coupe, après le souper, et la leur donna, en disant: Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang, qui est répandu pour vous.» Luc 22. 19, 20
Et cet acte symbolique a même une valeur prophétique:
«Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne.» 1 Corinthiens 11. 26
=============
«Ainsi la Torah a été comme un pédagogue pour nous conduire au Messie.» Galates 3. 24
Le mot ‘torah » (תורה), traduit habituellement par « loi », est construit sur une racine qui signifie ‘lancer dans une direction’…Le mot « péché » qui a le sens de faute/transgression signifie ‘manquer la cible’…

The Sacrifice Lamb / Joshua Aaron

Have you ever heard?

 

Lyrics

Have you ever heard, Messiah has come,
It says in His word, to cleanse everyone,
Atonement He made, iniquity He bore,

That we can find life, with Him evermore.

The Sacrifice Lamb, has been slain,
His blood on the altar a stain,
To wipe away guilt and pain,
To bring hope eternal.
Salvation has come to the world,
God’s only Son, to the world,
Jesus the one, for the world,
Yeshua is He.

The prophets of old, speak much of Messiah,
His death is foretold, the purpose is clear,
Isaiah did say, ’twas for an atonement,
To give us a way, that leads not to death.

The Sacrifice Lamb, has been slain,
His blood on the altar a stain,
To wipe away guilt and pain,
To bring hope eternal.
Salvation has come to the world,
God’s only Son, to the world,
Jesus the one, for the world,
Yeshua is He.

So brother of mine, look not to yourself,
For we are but one, we all need His help,
We’ve broken the law, be He paid our debt,
That we can find life, by Yeshua’s death.

Paroles & musique de Joel Chernoff